mars 2

Madame Bovary - ***


BOVARYSME, nom masculin : capacité de l’homme à se concevoir autre qu’il n’est.

Sur le fond de la scène, une grande toile tendue nous place au bord d’un champ de blé où sont placés une table et quelques chaises de jardin, comme sous une tonnelle, lieu unique qui nous place dans l’univers champêtre du roman.

Emma Bovary, élevée dans un couvent, aime à lire des romans d’amour pour tromper l’ennui de sa vie monotone dans la ferme parentale, rêve d’avoir une vie pareille aux héros de ses lectures et pense l’obtenir par le mariage. Mais très vite après son mariage avec Charles Bovary – officié de santé sans caractère – sa nouvelle vie l’ennuie. C’est alors qu’elle rencontre Rodolphe Boulanger, bourgeois libertin dont elle fait son amant, premier pas dans une nouvelle vie de débauche dispendieuse que son mari, sans soupçons, n’ose lui refuser n’aspirant qu’à son bonheur…

Une comédienne incarne Emma (et plus tard, sa fille). Et trois comédiens-musiciens se partagent le reste des quelques quinze personnages (masculin et féminin) du roman de Flaubert. Parfois chantée sur fond de musique très rock – pour les scènes de fêtes et de révolte d’Emma -, parfois narrée à plusieurs voix – tel une conversation de comptoir -, parfois jouée d’après le texte orignal, Sandrine Molaro et Gilles‑Vincent Kapps nous livrent une version fraiche et dynamique de ce grand classique. Ainsi, suit-on, dans une fluidité constante et rythmée, l’histoire de cette femme révoltée contre l’ennui de sa condition de femme au foyer et les préjugés de son temps, qui recherchera le plaisir et les divertissements jusqu’à la ruine et la folie.

Une belle adaptation musicale qui ravira surement les plus retissant à l’ennui scolaire qu’aurait pu leur causer Flaubert !

Ecrit le 2 mars 2016 dans les catégories À ne pas manquer !, Théâtre classique, Théâtre musical

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *