février 1

Je vous écoute - ***


de : ,

mise en scène :

lieu :

horaires : jusqu'au 30/04/2016, 16h ou 21h

Voir sur : site du théatre

avec : , ,

Quand Bénabar se met à co-écrire (avec Hector Cabello Reyes) une comédie sur les « psy », cela donne une satire dans laquelle les traits des personnages sont tellement énormes et caricaturaux, les situations cocaces, et les dialogues une suite de clichés et de pics lancés entre les personnages, qu’on ne peut s’empêcher de rire, d’un rire potache, efficace et assuré.

Il est psychothérapeute. Quand il accueille son premier patient ce matin-là – dans son cabinet décoré d’art primitif et de tableaux de « taches » -, celui-ci entre brusquement, semble étudier les lieux et pose plus de questions – questions ironiques – qu’il ne semble enclin à y répondre. Las de le pouvoir engager une « vraie conversation de psy », le praticien l’invite à sortir. Mais celui-ci refuse et confie, enfin, au médecin la raison de sa visite : que sa femme vient de le quitter, que c’est une de ses patientes et que c’est donc de sa faute si elle l’a quitté et qu’il est en possession d’une grenade et qu’il le retiendra en otage jusqu’à ce qu’il trouve une solution pour que sa femme revienne »…seulement, les patients suivants se présentent au cabinet…

Pascal Demolon est absolument fabuleux dans son rôle de « beauf cuisiniste » à l’accent parisien prononcé, employant sans arrêt des expressions et proverbes en dehors de leur contexte et n’étant en aucun cas gêner d’affirmer des vérités sans fondement. Quant à Bénabar, il est assez magnifique en médecin blasé, pince sans rire, claustrophobe et quelque peu mal assuré, bien qu’en cette première semaine, il manque encore un peu de rodage pour garder son sérieux.

Un bon moment de divertissement !

Ecrit le 1 février 2016 dans les catégories À ne pas manquer !, Comique, Théâtre contemporain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *