janvier 25

Iliade - ****


de :

mise en scène :

lieu :

horaires : Du 25/11/2015 au 07/02/2016

Voir sur : site du théatre

avec : , , , ,

Le pari est tenu pour cette troupe de jeunes comédiens : nous divertir et nous conter la fin du siège d’Ilion, plus connu sous le nom de “guerre de Troie”.

Alors qu’Achille refuse de combattre, car il estime qu’Agamemnon l’a bafoué en ne lui accordant que peu de reconnaissance, en ne lui cédant qu’une faible part de butin sur ses victoires précédentes et en lui prenant son esclave favorite pour en faire l’une de ses maîtresses.

D’Ajax à Ulysse tous mènent un combat acharné face aux puissants et habiles troyens soutenus par les Dieux.

Car, en effet, un étage au-dessus si l’on peut dire, une guerre de cour a aussi lieu dans l’Olympe : Thétis (mère d’Achille) a demandé à Zeus de soutenir les troyens en échange de faveurs qu’elle lui refusait jusque-là. Jalouse, Héra (femme de Zeus) fera tout pour se venger en faisant soutenir les Grecs, manipulant Poséidon et Zeus avec l’aide des charmes d’Aphrodite.

Chez les terriens la routine de la guerre continue et Achille s’entête à demeurer dans sa tente. Mais quand Patrocle, son ami le plus cher, se fait tuer par Hector, ce dernier rentre dans une fureur insatiable et décide de combattre jusqu’à l’avoir tué en retour…

Ces six comédiens se partagent les rôles des troyens, des grecs et des dieux, alternant des séquences de batailles entre les hommes (batailles dont la violence se matérialise par une impressionnante énumération des combattants et des morts) et de chamailleries entre les dieux (dans un style très décalé et humoristique). N’ayant pour décor que quelques chaises et deux affiches qui reprennent les noms des principaux chefs de chaque camp (très utile pour suivre l’histoire), les comédiens nous livrent une version très figurative de cette épopée dans laquelle hémoglobine et paillettes sont utilisés à bon escient.

Une belle adaptation comme on les aime tant au théâtre de Belleville !

Ecrit le 25 janvier 2016 dans les catégories À ne pas manquer !, Théâtre classique, Théâtre contemporain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *