décembre 3

Un certain Charles Spencer Chaplin - ***


1952. Sortie des « Feux de la rampe ». Mais aussi exil forcé des Etats-Unis pour un Chaplin vieillissant et s’attendant à être chassé de son pays d’adoption (les Etats-Unis, dont il n’a jamais voulu la nationalité). Profitant de son voyage à Londres pour la sortie officielle de son dernier film, le FBI lui retire son permis de séjour considérant que ses films sont anti-patriotique et l’accusant d’être communiste et juif. Après un flashback, on suit la vie de Charles Spencer Chaplin, depuis ses débuts dans les studios Sennett jusqu’à sa retraite suisse. Cette fois, on nous plonge dans « l’envers du décor », la vie privée de Chaplin : sa relation avec sa mère atteinte de folie ; son frère qui rêvait de gloire artistique et qui s’est retrouvé gestionnaire des Studio Chaplin ; ses nombreuses aventures et mariages avec des femmes beaucoup plus jeunes ; son rapport au muet et à la pauvreté ; son perfectionnisme souvent « dictatorial » et ses aspirations à changer le monde par l’humour et le cinéma. Un Chaplin torturé et cynique dans une Amérique puritaine campé par un Maxime d’Aboville magistral donnant toute sa profondeur à ce génie du cinéma !

Ecrit le 3 décembre 2015 dans les catégories À ne pas manquer !, Théâtre contemporain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *