décembre 10

J’avais un beau ballon rouge - ***


de :

mise en scène :

lieu :

horaires : jusqu'au 03/01/2016, 15h ou 21h

Voir sur : site du théatre

avec : ,

Dans l’Italie des années 65 à 75, Margherita Cagol, militante communiste, fonde, avec son compagnon Renato Curcio, les Brigades Rouges (mouvement terroriste d’extrême-gauche). Sur ce fond historique, la pièce nous raconte une relation père-fille en même temps qu’un conflit générationnel. Lui, catholique modéré, a été toute sa vie commerçant et s’est désillusionné de la vie et des hommes. Elle, jeune femme exaltée et sensible aux injustices, est encore pleine d’idéaux et convaincue que seule la lutte armée peut changer le monde. Durant toute la pièce, il n’aura de cesse d’essayer de la convaincre avec pragmatisme d’abandonner les armes pour trouver une solution pacifiste, en vain. D’actions d’éclat en enlèvements, « sa révolutionnaire » se campe sur ses positions, lesquelles deviennent de plus en plus irréversibles…

Dans un décor se transformant au fil des scènes entre l’appartement vieillot du père et l’appartement vide (décoré avec un portrait de Mao et contenant une cache d’armes) de la fille, la famille Bohringer nous transporte dans une relation filiale où l’amour est un non-dit. Richard Bohringer, au jeu sobre et rentré, incarne un père au grand cœur et désespéré par son incapacité à changer sa fille, jouée par une Romane Bohringer déterminée et inflexible.

Complété par des projections d’images d’archives, une plongée dans un morceau d’histoire et dans la folie des hommes !

Ecrit le 10 décembre 2015 dans les catégories À ne pas manquer !, Théâtre contemporain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *