novembre 13

Les Sept Planches de la ruse - ****


Fond pastel éclairé dans le style épuré de « Bob Wilson ». Au milieu de la scène, un Tangram géant d’où sort une quinzaine de danseurs chinois et une joueuse de Erhu (violon chinois). Puis commence une déstructuration des sept pièces de ce casse-tête dans une exploration spatiale – dont la lenteur et la précision font le charme – des solutions d’assemblages géométriques et visuels.

On est bien ici dans une sorte de recherche combinatoire, dans une sorte de cirque géométrique où les danseurs expérimentent les possibilités, poussant, soulevant, glissant ou se glissant entre ou sur les pièces, parfois à la limite de l’écrasement ou du numéro de force.

Un spectacle à la beauté mathématique, géométrique et graphique chorégraphié par l’esprit scientifique d’Aurélien Bory !

Ecrit le 13 novembre 2015 dans les catégories À ne pas manquer !, Danse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *